topblog Ivoire blogs

vendredi, 28 septembre 2012

Les recalés de liste électorale de 2010 ne prendront pas part encore au prochain vote (CEI)

Cei 2.jpgLes recalés de la liste électorale définitive de 2010 ne prendront pas part aux prochains scrutins municipaux et régionaux, a annoncé le président de la Commission Electorale Indépendante (CEI), Youssouf Bakayoko, au cours d’un entretien réalisé par ses services et repris dans la presse ivoirienne dans sa livraison de ce vendredi.


"Dans le cadre des préparatifs des prochaines élections locales, la CEI a eu des échanges avec le gouvernement sur ce dossier. À l’issue, il a donc été convenu de maintenir la liste électorale définitive 2010, et de l’utiliser tel quel pour la tenue des prochaines élections locales", a affirmé Youssouf Bakayoko, estimant que cette liste avait fait "l’objet d’un large consensus de la classe politique ivoirienne et d’une certification des Nations-Unies".

Pour le premier responsable de la structure chargée des élections en Côte d’Ivoire, intégrer "les requérants rejetés lors des traitements informatiques de la liste électorale provisoire ou les nouveaux majeurs", pourrait être source d’éventuelle "tension" politique dans le pays. Et provoquer "la remise en cause de la liste électorale par certaines formations politiques". Ce qui jetterait le discrédit sur tout le processus électorale et hypothéquer la bonne tenue de ces échéances électorales.

Au titre des élections législatives partielles, Youssouf Bakayoko, a annoncé que ce scrutin servira à élire non seulement les députés des circonscriptions de Bonon et Facobly, mais il sera le lieu aussi de pourvoir aux quatre sièges laissés vacant par leurs titulaires décédés.

Il s’agit des députés "Diomandé Mamadou du Rdr à Issia, de Tailly Gouéo Bernard du Pdci à Bangolo, de Diallo Ma du Rdr à Koumassi et de Zakpa Opri du Pdci à Divo". Ces localités se rendront donc aux urnes le 03 février 2013, tout comme Bonon et Facobly pour désigner à nouveau leur représentant à l’hémicycle. Car, la suppléance à l’Assemblée Nationale "ne joue pas dans les cas de maladie, accident, décès ou démission du député titulaire" a rappelé le président de la CEI.

Le mois de février 2013 sera particulièrement animé au plan électoral en Côte d’Ivoire, dans la mesure où, des électeurs se rendront dès le 03, pour élire leurs députés, et trois semaines après, le 24, ils retourneront dans les isoloirs pour choisir concomitamment leurs conseillers municipaux et régionaux.

Les commentaires sont fermés.